« La chambre claire » de Roland Barthes: notes de lecture

Je commence mon parcours sur la photographie. Il est donc bon d’initier ce chemin par un livre déjà ancien mais toujours aussi évocateur pour s’approcher du  médium photographique.

Publié en 1980, La Chambre Claire n’est pas un simple essai sur la photographie mais une approche de la photographie par Roland Barthes.

Cependant, il pose quelques concepts qui pourront servir de grille réutilisable.

Tout d’abord, il distingue l’opérator ( le photographe), le spectator, et le spectrum ( ce qui, celui qui est photographié). Ce troisième élément montre que dans la photographie il y a une « adhérence » du référent, du sujet photographié. Celui-ci n’est pas comparable au modèle de la peinture ou de la sculpture.

Il distingue ensuite le studium et le punctum. ce sont les deux attraits que peuvent avoir une photographie.

Le studium est un intérêt plus intellectuel: la photographie est alors est un morceau d’histoire, un biographème par exemple

Le punctum, c’est l’attirance d’un détail. Mais si le studium est codé, le punctum ouvre sur un au-delà de l’image.

C’est justement cette recherche de l’essence du punctum qui sera l’enjeu de l’ouvrage de Barthes. cette essence est liée au référent. Il y a une différence essentielle entre la photographie est le langage car le langage est par nature fictionnel. Il faut prouver son lien au réel. Au contraire, la photographie ne se contente pas de copier le réel, elle est une émanation du réel ( la pellicule ou le capteur numérique capturent ce qui arrivent du réel).

Le punctum c’est en effet ce ça-a-été qui remplit la vue. Selon Barthes, la photographie est « représentation pure du temps ». Le punctum c’est ainsi la folie de la photographie, c’est qui la rend immaitrisable.

Pour Barthes, la société essaie de contrôler la photographie, de l’assagir de deux façons différentes:

– soit en transformant la photographie en art

– soit la banaliser.

Cependant, la photographie problématise notre rapport au monde: elle déréalise le monde humain.

Ainsi les sociétés consomment maintenant des images et non plus des croyances.

 

Remarque: Photographie et identité

Au cours de sa réflexion, Roland Barthes aborde le problème de ce qui est montré par la photographie.

La photographie montre une identité, l’image qu’on se fait de la personne, une image qui ressemble à d’autres photographies. Elle ressemble aussi à un état civil ( tout ceci fait partie du studium).

Mais certains photographes arrivent à saisir un « air ». Cet air n’est en aucun cas réductible à l’identité. On est ici en présence du punctum.


2 réflexions au sujet de « « La chambre claire » de Roland Barthes: notes de lecture »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *