Renouveau

Un très court article pour recommencer ce carnet. La recherche n’est pas une quête linéaire. Ce travail abandonné sur l’identité n’a pas cessé de me hanter depuis 2013. Et finalement c’est un travail sur la littérature testimoniale qui m’a fait comprendre que le problème qui insistait en moi était celui des liens, de l’écart, de l’opposition entre témoignage et autobiographie au sein de notre modernité.

« La chambre claire » de Roland Barthes: notes de lecture

Je commence mon parcours sur la photographie. Il est donc bon d’initier ce chemin par un livre déjà ancien mais toujours aussi évocateur pour s’approcher du  médium photographique.

Publié en 1980, La Chambre Claire n’est pas un simple essai sur la photographie mais une approche de la photographie par Roland Barthes.

Cependant, il pose quelques concepts qui pourront servir de grille réutilisable.

Tout d’abord, il distingue l’opérator ( le photographe), le spectator, et le spectrum ( ce qui, celui qui est photographié). Ce troisième élément montre que dans la photographie il y a une « adhérence » du référent, du sujet photographié. Celui-ci n’est pas comparable au modèle de la peinture ou de la sculpture.

Il distingue ensuite le studium et le punctum. ce sont les deux attraits que peuvent avoir une photographie.

Le studium est un intérêt plus intellectuel: la photographie est alors est un morceau d’histoire, un biographème par exemple

Le punctum, c’est l’attirance d’un détail. Mais si le studium est codé, le punctum ouvre sur un au-delà de l’image.

C’est justement cette recherche de l’essence du punctum qui sera l’enjeu de l’ouvrage de Barthes. cette essence est liée au référent. Il y a une différence essentielle entre la photographie est le langage car le langage est par nature fictionnel. Il faut prouver son lien au réel. Au contraire, la photographie ne se contente pas de copier le réel, elle est une émanation du réel ( la pellicule ou le capteur numérique capturent ce qui arrivent du réel).

Le punctum c’est en effet ce ça-a-été qui remplit la vue. Selon Barthes, la photographie est « représentation pure du temps ». Le punctum c’est ainsi la folie de la photographie, c’est qui la rend immaitrisable.

Pour Barthes, la société essaie de contrôler la photographie, de l’assagir de deux façons différentes:

– soit en transformant la photographie en art

– soit la banaliser.

Cependant, la photographie problématise notre rapport au monde: elle déréalise le monde humain.

Ainsi les sociétés consomment maintenant des images et non plus des croyances.

 

Remarque: Photographie et identité

Au cours de sa réflexion, Roland Barthes aborde le problème de ce qui est montré par la photographie.

La photographie montre une identité, l’image qu’on se fait de la personne, une image qui ressemble à d’autres photographies. Elle ressemble aussi à un état civil ( tout ceci fait partie du studium).

Mais certains photographes arrivent à saisir un « air ». Cet air n’est en aucun cas réductible à l’identité. On est ici en présence du punctum.

Photographie et identité à l’ère du numérique: début de réflexion

Ce billet fait suite a une intervention que j’ai eu à faire hier sur les nouvelles pratiques photographiques à l’Université de Rouen.

L’écriture de soi sur internet passe de plus en plus par la photographie. Si le blog personnel ou facebook permettent déjà l’utilisation de photographies, des applications comme instagram déplacent à nouveau la structure de l’identité extime. C’est la photographie qui devient le support de la narration de soi. Photographie qui immédiatement prise peut être partagée et devient l’occasion de commentaires croisés entre soi et les autres.

Mais finalement, ce que cela révèle aussi, c’est que nous possédons maintenant tous un appareil photographique sur nous grâce à notre portable. La transformation du monde en images fait partie de notre construction identitaire. Peut-être plus que la conservation de ces images car des applications comme Instagram permettent difficilement de retrouver des photographies assez anciennes d’une personne. Sous notre regard, c’est avant tout un flux photographique qui s’offre à nous. Il faut maintenant interroger ce lien entre cette transformation du vécu en image et l’apparition de ce flux.

 

Fragilité de l’identité

Ce carnet de travail a pour objet d’étude principal la notion d’identité.
Son premier axe consistera à étudier la construction de l’identité personnelle. En prenant une position matérialiste, il s’agira de voir comment l’identité se construit dans un travail sur le corps ( par exemple dans l’identité genrée). De plus, les différentes composantes de l’identité ( genre, travail, culture…) seront examinées ainsi que leur interaction.
Dans un deuxième axe, une position plus critique sera adoptée puisque je me demanderais si l’identité permet véritablement un rapport « authentique » à soi, ou si l’identité n’est pas vouée à être l’effet de rapports de domination. Dans ce dernier cas, une déprise de l’identité est nécessaire pour atteindre un rapport émancipateur à soi.
Dans cet axe, j’étudierais différentes pistes de rapport à soi ( l’écriture à soi, la quête de reconnaissance ( par exemple dans certaines formes de militantisme) et la rencontre avec l’événement ( comme moment de possibilité de remaniement identitaire).
Dans un dernier axe, j’étudierais l’influence de notre identité sur l’expérience vécue, et notre expérience du monde. L’expérience étant un tissage entre un flux visuel et une matière sonore linguistique, j’essaierais dans une perspective plus philosophique de décomposer ces deux aspects dans leur radicalité esthétique, l’image photographique comme point zéro du flux visuel, et la musique comme matière sonore non-linguistique.