Note sur l’école (6)

La formation des enseignants

Pour réussir cette nécessaire transformation, le système éducatif doit disposer d’enseignants aptes à un tel projet. Or, il est indéniable que le recrutement des enseignants est devant une impasse. Chaque année le nombre de postes pourvus est inférieur au nombre de postes proposés ( par exemple, en 2017 il y avait 7315 postes proposés au CAPES externe et seulement 6000 ont été pourvus alors qu’il y avait 19000 candidats qui ont passé les épreuves ). Il donc faut admettre qu’il n’y a pas assez de candidats ayant un niveau suffisant pour enseigner selon les jury. Cependant, si ces postes ont été proposés, c’est qu’ils répondaient à une nécessité, surtout en nos temps de restrictions budgétaires. Derrière ces postes non-pourvus se cachent des élèves qui auraient du avoir ces professeurs virtuels. Pour pallier à ce manque, il faut embaucher des non-titulaires ( contractuels ou vacataires ) qui n’auront aucune formation pratique au métier d’enseignant et à qui ont a le plus souvent dit lors des concours qu’ils n’avaient pas le niveau pour enseigner. En réalité, ce qu’on appelle leur insuffisance n’est qu’un moyen pour leur donner un statut plus précaire et moins avantageux que les autres.

Laissons de côté ces non-titulaires car ils ne sont pas les seuls à être insuffisamment formés. L’éducation nationale estime globalement qu’ayant réussi le concours, les titulaires ont prouvé une fois pour toute leur compétence dans leur discipline. Il faut donc les former uniquement sur l’aspect pédagogique de leur métier. Non seulement cette formation est très souvent inadaptée ( car elle est souvent ressentie comme une obligation de l’institution semble véritable projet ) mais est aussi inefficace car on ne lui donne pas les moyens nécessaires ( principalement du temps ) pour être intégrée à la pratique pédagogique du professeur. Comment, par exemple, une formation de 6 ou 12 heures sur la pratique des gestions de conflit peut-elle changer une manière de faire et s’adapter à toutes les situations ? Le plus souvent par la bonne volonté de l’enseignant qui va faire l’effort d’utiliser dès qu’il le peut les conseils qu’on lui a donné et va essayer d’approfondir ce qu’on lui a appris. On lui demande de faire ce qu’on n’oserait jamais demander à un élève et qu’il ne fera lui-même que ponctuellement ou peut-être jamais pour certains enseignants.

Enfin, cette compétence disciplinaire est un leurre. L’enseignement est avant tout une répétition d’année en année. Il est alors tentant pour un professeur de ressasser les mêmes références, les mêmes exemples et de peu à peu réduire ses connaissances à ce qu’il enseigne effectivement. Or, les idéologies pédagogiques nous ont fait oublier qu’une partie non négligeable de l’autorité passe par le savoir. Celui qui n’a pas envie de progresser dans sa discipline ne pourra pas être un bon enseignant. Le paradoxe du professorat est que, pour enseigner, l’enseignant doit se mettre en position d’apprenant vis-à-vis de sa discipline. Il réunira alors ces deux vertus que sont l’ambition et l’humilité et qui lui interdiront certains de ces jugements méprisants envers les élèves.

Évidemment, pour que les enseignants puissent se former, il faudrait régulièrement les décharger de leur classe, ce qui ne serait possible que s’il y avait un nombre de professeurs remplaçants suffisants alors qu’il sont en nombre trop réduits pour assurer même les remplacements des absences causées par les maladies ( d’où le recours encore plus massif aux non-titulaires). Un cynique se demanderait si le seul souci du ministère est qu’il y ait un enseignant devant chaque classe, quelque soit son véritable niveau….

 

Note sur l’école (5)

Misère de la vie scolaire

J’ai déjà parlé de l’ennui, cet affect constitutif de la vie scolaire. Malheureusement, je pense que la dimension négative de l’école pour les élèves ne s’arrêtent pas là. A l’ennui s’ajoutent l’humiliation et le harcèlement. Sur ce dernier point, les séries télévisées actuelles ( Little Pretty Liars, 13 Raisons Why… ) sont un parfait symptôme d’un phénomène malheureusement trop fréquents, et qui n’a fait que s’accentuer avec les réseaux sociaux. On peut se demander pourquoi les élèves se révèlent sadiques les uns envers les autres. Avant de répondre à cette question, il est aussi nécessaire de la renverser: pourquoi les élèves seraient-ils spontanément bienveillants les uns envers les autres ? Ils n’ont pas choisi d’être ensembles et doivent se côtoyer plusieurs heures par jours. Alors que dans le monde du travail chacun à sa propre tâche et peut s’y absorber, à l’école tous les élèves font la même chose et sont dans une même relation avec le professeur. Cette similitude est nécessairement néfaste dans leur relation car s’ils sont tous semblables, il ne peuvent être eux-mêmes que si les autres ne sont plus, ce qu’affirmait dans un autre contexte dans son fameux « Toute conscience poursuit la mort de l’autre ».

Or la relation au professeur, au corps enseignant n’est pas non plus une relation bienveillante. Elle se constitue d’un très grand nombre de micro-surveillances ( ponctualité, devoirs réalisés, leçon apprise, concentration….) et d’évaluations qui viendront sanctionner son « niveau », son « être scolaire ». Cette prétendue école de la démocratie reste un des symboles des institutions disciplinaires décrites par Foucault et reste avant tout une école de l’obéissance. Cependant, cette pénalisation ambiante de l’école s’accompagne aussi d’une tendance à l’humiliation. Les professeurs ont souvent été de bons élèves qui ont aimé l’école autant qu’ils ont été aimés par elle. Il leur est donc difficile de comprendre les élèves qui n’aiment pas l’école, qui sont en échec devant elle, qui n’en sont pas les « héritiers », ce qui les conduit à « pénaliser » les signes comportementaux de ce désamour.

L’humiliation des élèves par les professeurs est cependant souvent liée au fait que ces derniers dépassent le jugement sur la réalisation des élèves pour évaluer leur « être » lui-même, leur niveau – présent ou accessible dans un futur plus ou moins proche peut importe. Un élève sent très rapidement que le professeur le considère comme nul, moyen, pas assez bon par rapport à ces ambitions. La sentence cartésienne « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » est ici oubliée et remplacée par le regard professoral, voyeurisme qui transforme l’individu en chose évaluable.

Pour résister à cette violence symbolique, les élèves n’ont souvent pas d’autres stratégies que de la retourner contre les autres élèves.  L’humiliation et le harcèlement avancent main dans la main.

Note sur l’école (4)

Le mythe de l’égalité

Pour aller à l’essentiel de mon propos, je négligerais une partie importante de ce mythe de l’égalité, celle qui a été mise au jour par Bourdieu dès ses premiers travaux sur le système éducatif. Il n’y a jamais égalité des chances car certains élèves sont dès le départ « adaptés » aux normes implicites de l’école alors que d’autres seront condamnés soit à s’auto-exclure du système éducatif soit à trahir les normes de leur classe sociale d’origine. En cela, les textes de Annie Ernaux sont indépassables et dévoilent un tabou du système scolaire.

En fait, je voudrais parler de ce mythe qui voudrait que toutes les orientations sont équivalentes et doivent être choisies selon les souhaits des élèves. On ne cesse de répéter qu’il ne faut pas dévaloriser le bac professionnel. Mais les élèves de lycées général trouvent le plus souvent la série qu’ils souhaitent assez près de chez eux. Ceux des lycées professionnels devront soit choisir une filière proche de chez eux, même si elle ne leur convient que moyennement, ou aller en internat séparé de leur famille pendant toute la semaine.

Pour les séries technologiques, la situation n’est guère meilleure. Vu le nombre d’élèves réorientés dans ces séries parce qu’ils ont échoué en série générale, on se doute que l’ensemble du corps enseignant à conscience de la hiérarchie cachée derrière le mythe de l’égalité. Les séries STMG ont autant de mal à trouver leur place face à la série ES que les STI face à la série S ( même s’il faut admettre que les STI s’en sortent mieux par leur spécialisation plus poussée ). De plus, ces élèves sont souvent en concurrence avec les élèves de séries générales pour obtenir des places en BTS ou IUT et se retrouvent souvent perdants.

Il ne reste plus que les séries générales. On a dépecé les littéraires des mathématiques sauf pour ceux qui ont choisi cette spécialité et il est encore étonnant que cette filière existe. La défense des humanités est un combat d’arrière-garde lui aussi mythique. Aucune famille n’a aimé les humanités d’un amour désintéressé. Elles n’étaient que des signes de distinction scolaire, des preuves qu’on savait apprendre, le contenu important peu pour la plupart des élèves. L’intérêt pour le latin et le grec suppose un profond détachement vis-à-vis de la réalité sociale que seul des enfants d’enseignants ou de la haute bourgeoisie peuvent encore avoir, à quelques exceptions près.

Dans cette lutte ne reste que deux combattants: la série ES et la série S. Le mythe de l’égalité resurgit ici car en effet les deux types d’étude les plus recherchés par le prestige social et le salaire qu’elles apportent sont les études de sciences politiques/droit et les études de médecine. En réalité, l’égalité de reconnaissance donnée dans ces deux cas ne se retrouve pas au niveau des séries car on retrouve beaucoup d’élèves venant de série scientifique à Sciences-Po ou dans les facultés de droit, alors qu’il est beaucoup plus difficile pour un élève de ES de faire des études de médecine. En échange, on a mis toutes les matières de la série ES quasiment à égalité de coefficient pour le baccalauréat pour faire croire à la polyvalence apportée par cette série, sans nous dire s’il faut être bon partout ou s’il suffit d’être médiocre dans chaque matière pour obtenir son diplôme. Par sa dimension universelle, la série S est sans nul doute possible au sommet de la hiérarchie des études secondaires, les autres séries n’étant que des faire-valoir pour que le mythe de l’égalité perdure.

Français, encore un effort si vous voulez transformer ce mythe en réalité, mais seulement si vous le voulez vraiment, abattez la série S.

 

 

Note sur l’école (3)

L’ennui

Passons maintenant aux usagers de l’école: les élèves. Lorsqu’on regarde une salle de classe,  on s’aperçoit très vite qu’elle est contaminée par l’ennui. Dès que cela est possible,  les élèves se jettent sur leur téléphone portable ou dessinent pour ne prendre que deux exemples. Même si les raisons diffèrent,  c’est un sentiment très répandu.  Les élèves sont bien tous égaux devant l’ennui.

En réalité,  il faut préciser que de temps en temps l’ennui peut disparaître car il y a heureusement quelques instants de grâce où élèves et professeurs communient dans cette transmission du savoir. De plus, ce constat n’est pas un jugement uniquement péjoratif car l’ennui peut aussi avoir ses vertus. Ce sentiment peut être l’occasion de développer son imaginaire, sa vie psychologique. Pourtant, on constate bien souvent que la stratégie la plus répandue chez les élèves consistent à sortir le plus rapidement de l’ennui et de l’angoisse qui l’accompagne.

On peut exclure l’ennui qui provient d’un professeur incompétent. En un sens, ce cas est le plus facilement éliminable. Excluons aussi l’ennui qui provient de l’aspect contraignant de l’enseignement. Celui-ci est nécessaire, il serait naïf de croire que les élèves aiment spontanément le savoir. En réalité, l’ennui qui révèle le non-sens de l’école ce situe entre ces deux extrêmes. Il naît d’abord de l’hétérogénéité des classes. L’élève qui a des difficultés va peu à peu s’ennuyer car il sent exclu de l’enjeu du cours, il se sent de trop. À l’inverse, les meilleurs élèves vont s’ennuyer car ils sont trop régulièrement condamnés à attendre le professeur qui doit répéter, ré-expliquer pour les autres ou faire de la discipline. très souvent, le professeur a le sentiment qu’il doit abandonner une partie de sa classe.  Mais, il y a peut-être un ennui plus profond et plus répandu. Celui-ci se dévoile plus particulièrement chez les élèves moyens bien que scolaires, ceux qui forment une grande partie des classes de lycée. Cet ennui ne vient ni d’une incapacité, ni d’une trop grande rapidité de compréhension, il naît de l’incompréhension du sens du cours. Le cours est compris mais ce qui ne l’est pas, ce qui ne peut pas l’être, c’est la raison de ce cours. Pourquoi cet enseignement existe-t-il ? Pourquoi doit-on apprendre l’histoire de la littérature, le calcul des dérivées, le rôle de la mémoire dans l’histoire, le cogito de Descartes ? Heureusement, les élèves se prennent le plus souvent au jeu, car leurs camarades sont là, car le professeur est quelques capacités d’orateur.

Mais derrière cet ennui qui révèle le non-sens du savoir transmis ( ou du moins l’absence de perception de ce sens), c’est le non-sens de la culture commune qui se dévoile alors que cette culture commune est un des pans essentiels de ce mythe de l’égalité revendiqué constamment par l’école et que nous aurons à examiner.

Note sur l’école (2)

L’errance

Comme toute institution variant au gré des réformes et soumise à des pressions économiques et sociales, l’éducation nationale ne peut être entièrement cohérente.

Mais il ne s’agit pas ici de pointer des imperfections conjoncturelles mais une absence complète de principes directeurs : le but de l’école est-il de former au monde du travail, de sélectionner, trier les différentes classes sociales ou de créer une culture et des valeurs communes ? Tout enseignant a conscience qu’on lui demande d’atteindre simultanément ces différents buts qui sont en réalité incompatibles.

Si on ne prenait en compte que le premier, il faut admettre qu’il serait à la fois la fin de l’éducation nationale et en même temps contre-productif. En effet, ce serait s’abandonner aux besoins des entreprises qui seraient plus à même que l’école pour produire des individus conformes à ces besoins. De plus, ce projet ne peut tout au plus que mettre les élèves en conformité avec les compétences exigées aujourd’hui mais ne peut prévoir celles qui seront utiles demain car il oublie la capacité fondamentale pour que les futurs travailleurs soient capables d’évoluer : la capacité d’apprendre. Apprendre à apprendre, n’est-ce pas rendre autonome, émanciper du simple présent ? La soumission au monde du travail a besoin paradoxalement d’une ouverture à une culture générale et désintéressée qui permet de développer l’abstraction, la réflexion, conditions nécessaires à cette perfectibilité.

Pour comprendre, l’errance de notre système éducatif, il faut revenir à deux grands sursauts de l’école : Les lois Ferry de 1881-1882 et le plan Langevin-Wallon de 1947 ( même si ce dernier n’a jamais été mis directement en application). Dans les deux cas, cette réforme répond à un objectif clair, liée lui-même à une crise sociale. Dans le premier cas, il s’agit de libérer l’éducation du pouvoir du clergé afin de promouvoir les valeurs de la jeune république, dans l’autre, redonner un souffle au système éducatif après la seconde guerre mondiale et réunir le primaire et le secondaire afin d’éliminer le tri social qui s’effectuait dès le plus jeunes âges.

Quoiqu’en dise nos ministres successifs, nous ne sommes pas à l’ère des réformes mais de la gestion car aucune crise n’est à dépasser, tant que nous serons incapables de mettre en mot l’effort qui nous attend, nous serons condamnés au bricolage pédagogique.

D’autant plus, que les usagers de l’école ne sont pas dupes. Le sentiment le plus répandu parmi les élèves, et finalement ce qui les réunit au-delà des différences sociales et de niveau, n’est autre que l’ennui. Ce que je développerais dans la prochaine note.

Note sur l’école (1)

Cette note est le début d’une série. Après 19 années d’enseignement ( en tant que professeur de philosophie), je suis devant une situation paradoxale. Je n’ai jamais été aussi sûr de mon amour de l’enseignement et en même temps je n’ai jamais été aussi dégoûté par l’institution scolaire.

Mon analyse de l’école est fondé sur un principe qu’il faudra discuter dans un autre temps: la crise civilisationnelle que nous vivons ( au niveau écologique et des tensions entre pôles civilisationnels ) ne pourra être dépassée que par un bond des connaissances. Ce bond signifie autant le progrès cognitif du plus grand nombre possible de personnes afin de maîtriser les nouveaux environnements robotiques et numériques mais aussi progrès des connaissances elles-mêmes afin de résoudre les problèmes rencontrés par l’humanité. cependant, il ne s’agit pas seulement de défendre un saut, un sursaut des connaissances scientifiques mais aussi des connaissances littéraires, artistiques, philosophiques et culturelles car il est plus qu’urgent de savoir donner un sens à tous ces nouveaux défis ou même d’inventer de nouveaux modes de vies, ce qui est impossible sans l’accès à une vie symboliquement riche.

Le problème est donc le suivant: l’école est-elle apte à appliquer ce principe et à participer à ce bond cognitif. Ma réponse est malheureusement sans nuance. Dans son état actuel, cela est impossible. Les 88 % d’admis au baccalauréat et les 78 % de bacheliers dans une classe d’âge ne changeront rien à ce constat.

Dans la prochaine note, je développerais la première raison de cet échec: l’éducation nationale n’a aucun principe directeur qui donnerait un sens aux programmes et à leur réalisation.

Renouveau

Un très court article pour recommencer ce carnet. La recherche n’est pas une quête linéaire. Ce travail abandonné sur l’identité n’a pas cessé de me hanter depuis 2013. Et finalement c’est un travail sur la littérature testimoniale qui m’a fait comprendre que le problème qui insistait en moi était celui des liens, de l’écart, de l’opposition entre témoignage et autobiographie au sein de notre modernité.

« La chambre claire » de Roland Barthes: notes de lecture

Je commence mon parcours sur la photographie. Il est donc bon d’initier ce chemin par un livre déjà ancien mais toujours aussi évocateur pour s’approcher du  médium photographique.

Publié en 1980, La Chambre Claire n’est pas un simple essai sur la photographie mais une approche de la photographie par Roland Barthes.

Cependant, il pose quelques concepts qui pourront servir de grille réutilisable.

Tout d’abord, il distingue l’opérator ( le photographe), le spectator, et le spectrum ( ce qui, celui qui est photographié). Ce troisième élément montre que dans la photographie il y a une « adhérence » du référent, du sujet photographié. Celui-ci n’est pas comparable au modèle de la peinture ou de la sculpture.

Il distingue ensuite le studium et le punctum. ce sont les deux attraits que peuvent avoir une photographie.

Le studium est un intérêt plus intellectuel: la photographie est alors est un morceau d’histoire, un biographème par exemple

Le punctum, c’est l’attirance d’un détail. Mais si le studium est codé, le punctum ouvre sur un au-delà de l’image.

C’est justement cette recherche de l’essence du punctum qui sera l’enjeu de l’ouvrage de Barthes. cette essence est liée au référent. Il y a une différence essentielle entre la photographie est le langage car le langage est par nature fictionnel. Il faut prouver son lien au réel. Au contraire, la photographie ne se contente pas de copier le réel, elle est une émanation du réel ( la pellicule ou le capteur numérique capturent ce qui arrivent du réel).

Le punctum c’est en effet ce ça-a-été qui remplit la vue. Selon Barthes, la photographie est « représentation pure du temps ». Le punctum c’est ainsi la folie de la photographie, c’est qui la rend immaitrisable.

Pour Barthes, la société essaie de contrôler la photographie, de l’assagir de deux façons différentes:

– soit en transformant la photographie en art

– soit la banaliser.

Cependant, la photographie problématise notre rapport au monde: elle déréalise le monde humain.

Ainsi les sociétés consomment maintenant des images et non plus des croyances.

 

Remarque: Photographie et identité

Au cours de sa réflexion, Roland Barthes aborde le problème de ce qui est montré par la photographie.

La photographie montre une identité, l’image qu’on se fait de la personne, une image qui ressemble à d’autres photographies. Elle ressemble aussi à un état civil ( tout ceci fait partie du studium).

Mais certains photographes arrivent à saisir un « air ». Cet air n’est en aucun cas réductible à l’identité. On est ici en présence du punctum.

Photographie et identité à l’ère du numérique: début de réflexion

Ce billet fait suite a une intervention que j’ai eu à faire hier sur les nouvelles pratiques photographiques à l’Université de Rouen.

L’écriture de soi sur internet passe de plus en plus par la photographie. Si le blog personnel ou facebook permettent déjà l’utilisation de photographies, des applications comme instagram déplacent à nouveau la structure de l’identité extime. C’est la photographie qui devient le support de la narration de soi. Photographie qui immédiatement prise peut être partagée et devient l’occasion de commentaires croisés entre soi et les autres.

Mais finalement, ce que cela révèle aussi, c’est que nous possédons maintenant tous un appareil photographique sur nous grâce à notre portable. La transformation du monde en images fait partie de notre construction identitaire. Peut-être plus que la conservation de ces images car des applications comme Instagram permettent difficilement de retrouver des photographies assez anciennes d’une personne. Sous notre regard, c’est avant tout un flux photographique qui s’offre à nous. Il faut maintenant interroger ce lien entre cette transformation du vécu en image et l’apparition de ce flux.

 

Fragilité de l’identité

Ce carnet de travail a pour objet d’étude principal la notion d’identité.
Son premier axe consistera à étudier la construction de l’identité personnelle. En prenant une position matérialiste, il s’agira de voir comment l’identité se construit dans un travail sur le corps ( par exemple dans l’identité genrée). De plus, les différentes composantes de l’identité ( genre, travail, culture…) seront examinées ainsi que leur interaction.
Dans un deuxième axe, une position plus critique sera adoptée puisque je me demanderais si l’identité permet véritablement un rapport « authentique » à soi, ou si l’identité n’est pas vouée à être l’effet de rapports de domination. Dans ce dernier cas, une déprise de l’identité est nécessaire pour atteindre un rapport émancipateur à soi.
Dans cet axe, j’étudierais différentes pistes de rapport à soi ( l’écriture à soi, la quête de reconnaissance ( par exemple dans certaines formes de militantisme) et la rencontre avec l’événement ( comme moment de possibilité de remaniement identitaire).
Dans un dernier axe, j’étudierais l’influence de notre identité sur l’expérience vécue, et notre expérience du monde. L’expérience étant un tissage entre un flux visuel et une matière sonore linguistique, j’essaierais dans une perspective plus philosophique de décomposer ces deux aspects dans leur radicalité esthétique, l’image photographique comme point zéro du flux visuel, et la musique comme matière sonore non-linguistique.