Note sur l’école (4)

Le mythe de l’égalité

Pour aller à l’essentiel de mon propos, je négligerais une partie importante de ce mythe de l’égalité, celle qui a été mise au jour par Bourdieu dès ses premiers travaux sur le système éducatif. Il n’y a jamais égalité des chances car certains élèves sont dès le départ « adaptés » aux normes implicites de l’école alors que d’autres seront condamnés soit à s’auto-exclure du système éducatif soit à trahir les normes de leur classe sociale d’origine. En cela, les textes de Annie Ernaux sont indépassables et dévoilent un tabou du système scolaire.

En fait, je voudrais parler de ce mythe qui voudrait que toutes les orientations sont équivalentes et doivent être choisies selon les souhaits des élèves. On ne cesse de répéter qu’il ne faut pas dévaloriser le bac professionnel. Mais les élèves de lycées général trouvent le plus souvent la série qu’ils souhaitent assez près de chez eux. Ceux des lycées professionnels devront soit choisir une filière proche de chez eux, même si elle ne leur convient que moyennement, ou aller en internat séparé de leur famille pendant toute la semaine.

Pour les séries technologiques, la situation n’est guère meilleure. Vu le nombre d’élèves réorientés dans ces séries parce qu’ils ont échoué en série générale, on se doute que l’ensemble du corps enseignant à conscience de la hiérarchie cachée derrière le mythe de l’égalité. Les séries STMG ont autant de mal à trouver leur place face à la série ES que les STI face à la série S ( même s’il faut admettre que les STI s’en sortent mieux par leur spécialisation plus poussée ). De plus, ces élèves sont souvent en concurrence avec les élèves de séries générales pour obtenir des places en BTS ou IUT et se retrouvent souvent perdants.

Il ne reste plus que les séries générales. On a dépecé les littéraires des mathématiques sauf pour ceux qui ont choisi cette spécialité et il est encore étonnant que cette filière existe. La défense des humanités est un combat d’arrière-garde lui aussi mythique. Aucune famille n’a aimé les humanités d’un amour désintéressé. Elles n’étaient que des signes de distinction scolaire, des preuves qu’on savait apprendre, le contenu important peu pour la plupart des élèves. L’intérêt pour le latin et le grec suppose un profond détachement vis-à-vis de la réalité sociale que seul des enfants d’enseignants ou de la haute bourgeoisie peuvent encore avoir, à quelques exceptions près.

Dans cette lutte ne reste que deux combattants: la série ES et la série S. Le mythe de l’égalité resurgit ici car en effet les deux types d’étude les plus recherchés par le prestige social et le salaire qu’elles apportent sont les études de sciences politiques/droit et les études de médecine. En réalité, l’égalité de reconnaissance donnée dans ces deux cas ne se retrouve pas au niveau des séries car on retrouve beaucoup d’élèves venant de série scientifique à Sciences-Po ou dans les facultés de droit, alors qu’il est beaucoup plus difficile pour un élève de ES de faire des études de médecine. En échange, on a mis toutes les matières de la série ES quasiment à égalité de coefficient pour le baccalauréat pour faire croire à la polyvalence apportée par cette série, sans nous dire s’il faut être bon partout ou s’il suffit d’être médiocre dans chaque matière pour obtenir son diplôme. Par sa dimension universelle, la série S est sans nul doute possible au sommet de la hiérarchie des études secondaires, les autres séries n’étant que des faire-valoir pour que le mythe de l’égalité perdure.

Français, encore un effort si vous voulez transformer ce mythe en réalité, mais seulement si vous le voulez vraiment, abattez la série S.

 

 

Note sur l’école (3)

L’ennui

Passons maintenant aux usagers de l’école: les élèves. Lorsqu’on regarde une salle de classe,  on s’aperçoit très vite qu’elle est contaminée par l’ennui. Dès que cela est possible,  les élèves se jettent sur leur téléphone portable ou dessinent pour ne prendre que deux exemples. Même si les raisons diffèrent,  c’est un sentiment très répandu.  Les élèves sont bien tous égaux devant l’ennui.

En réalité,  il faut préciser que de temps en temps l’ennui peut disparaître car il y a heureusement quelques instants de grâce où élèves et professeurs communient dans cette transmission du savoir. De plus, ce constat n’est pas un jugement uniquement péjoratif car l’ennui peut aussi avoir ses vertus. Ce sentiment peut être l’occasion de développer son imaginaire, sa vie psychologique. Pourtant, on constate bien souvent que la stratégie la plus répandue chez les élèves consistent à sortir le plus rapidement de l’ennui et de l’angoisse qui l’accompagne.

On peut exclure l’ennui qui provient d’un professeur incompétent. En un sens, ce cas est le plus facilement éliminable. Excluons aussi l’ennui qui provient de l’aspect contraignant de l’enseignement. Celui-ci est nécessaire, il serait naïf de croire que les élèves aiment spontanément le savoir. En réalité, l’ennui qui révèle le non-sens de l’école ce situe entre ces deux extrêmes. Il naît d’abord de l’hétérogénéité des classes. L’élève qui a des difficultés va peu à peu s’ennuyer car il sent exclu de l’enjeu du cours, il se sent de trop. À l’inverse, les meilleurs élèves vont s’ennuyer car ils sont trop régulièrement condamnés à attendre le professeur qui doit répéter, ré-expliquer pour les autres ou faire de la discipline. très souvent, le professeur a le sentiment qu’il doit abandonner une partie de sa classe.  Mais, il y a peut-être un ennui plus profond et plus répandu. Celui-ci se dévoile plus particulièrement chez les élèves moyens bien que scolaires, ceux qui forment une grande partie des classes de lycée. Cet ennui ne vient ni d’une incapacité, ni d’une trop grande rapidité de compréhension, il naît de l’incompréhension du sens du cours. Le cours est compris mais ce qui ne l’est pas, ce qui ne peut pas l’être, c’est la raison de ce cours. Pourquoi cet enseignement existe-t-il ? Pourquoi doit-on apprendre l’histoire de la littérature, le calcul des dérivées, le rôle de la mémoire dans l’histoire, le cogito de Descartes ? Heureusement, les élèves se prennent le plus souvent au jeu, car leurs camarades sont là, car le professeur est quelques capacités d’orateur.

Mais derrière cet ennui qui révèle le non-sens du savoir transmis ( ou du moins l’absence de perception de ce sens), c’est le non-sens de la culture commune qui se dévoile alors que cette culture commune est un des pans essentiels de ce mythe de l’égalité revendiqué constamment par l’école et que nous aurons à examiner.

Note sur l’école (2)

L’errance

Comme toute institution variant au gré des réformes et soumise à des pressions économiques et sociales, l’éducation nationale ne peut être entièrement cohérente.

Mais il ne s’agit pas ici de pointer des imperfections conjoncturelles mais une absence complète de principes directeurs : le but de l’école est-il de former au monde du travail, de sélectionner, trier les différentes classes sociales ou de créer une culture et des valeurs communes ? Tout enseignant a conscience qu’on lui demande d’atteindre simultanément ces différents buts qui sont en réalité incompatibles.

Si on ne prenait en compte que le premier, il faut admettre qu’il serait à la fois la fin de l’éducation nationale et en même temps contre-productif. En effet, ce serait s’abandonner aux besoins des entreprises qui seraient plus à même que l’école pour produire des individus conformes à ces besoins. De plus, ce projet ne peut tout au plus que mettre les élèves en conformité avec les compétences exigées aujourd’hui mais ne peut prévoir celles qui seront utiles demain car il oublie la capacité fondamentale pour que les futurs travailleurs soient capables d’évoluer : la capacité d’apprendre. Apprendre à apprendre, n’est-ce pas rendre autonome, émanciper du simple présent ? La soumission au monde du travail a besoin paradoxalement d’une ouverture à une culture générale et désintéressée qui permet de développer l’abstraction, la réflexion, conditions nécessaires à cette perfectibilité.

Pour comprendre, l’errance de notre système éducatif, il faut revenir à deux grands sursauts de l’école : Les lois Ferry de 1881-1882 et le plan Langevin-Wallon de 1947 ( même si ce dernier n’a jamais été mis directement en application). Dans les deux cas, cette réforme répond à un objectif clair, liée lui-même à une crise sociale. Dans le premier cas, il s’agit de libérer l’éducation du pouvoir du clergé afin de promouvoir les valeurs de la jeune république, dans l’autre, redonner un souffle au système éducatif après la seconde guerre mondiale et réunir le primaire et le secondaire afin d’éliminer le tri social qui s’effectuait dès le plus jeunes âges.

Quoiqu’en dise nos ministres successifs, nous ne sommes pas à l’ère des réformes mais de la gestion car aucune crise n’est à dépasser, tant que nous serons incapables de mettre en mot l’effort qui nous attend, nous serons condamnés au bricolage pédagogique.

D’autant plus, que les usagers de l’école ne sont pas dupes. Le sentiment le plus répandu parmi les élèves, et finalement ce qui les réunit au-delà des différences sociales et de niveau, n’est autre que l’ennui. Ce que je développerais dans la prochaine note.

Note sur l’école (1)

Cette note est le début d’une série. Après 19 années d’enseignement ( en tant que professeur de philosophie), je suis devant une situation paradoxale. Je n’ai jamais été aussi sûr de mon amour de l’enseignement et en même temps je n’ai jamais été aussi dégoûté par l’institution scolaire.

Mon analyse de l’école est fondé sur un principe qu’il faudra discuter dans un autre temps: la crise civilisationnelle que nous vivons ( au niveau écologique et des tensions entre pôles civilisationnels ) ne pourra être dépassée que par un bond des connaissances. Ce bond signifie autant le progrès cognitif du plus grand nombre possible de personnes afin de maîtriser les nouveaux environnements robotiques et numériques mais aussi progrès des connaissances elles-mêmes afin de résoudre les problèmes rencontrés par l’humanité. cependant, il ne s’agit pas seulement de défendre un saut, un sursaut des connaissances scientifiques mais aussi des connaissances littéraires, artistiques, philosophiques et culturelles car il est plus qu’urgent de savoir donner un sens à tous ces nouveaux défis ou même d’inventer de nouveaux modes de vies, ce qui est impossible sans l’accès à une vie symboliquement riche.

Le problème est donc le suivant: l’école est-elle apte à appliquer ce principe et à participer à ce bond cognitif. Ma réponse est malheureusement sans nuance. Dans son état actuel, cela est impossible. Les 88 % d’admis au baccalauréat et les 78 % de bacheliers dans une classe d’âge ne changeront rien à ce constat.

Dans la prochaine note, je développerais la première raison de cet échec: l’éducation nationale n’a aucun principe directeur qui donnerait un sens aux programmes et à leur réalisation.