comment penser la politique à venir ?

Ce texte au titre grandiloquent n’a pas d’autres prétentions que d’être une esquisse, une note de recherche que j’aurais pu garder uniquement pour moi-même afin de penser les mouvements qui agitent la vie politique actuelle, bien qu’ils ne remplacent pas entièrement les problématiques antérieures.

Considérons arbitrairement que ces mouvements peuvent faire l’objet de quatre regroupements:

– la question écologique : elle sera l’occasion d’une nouvelle lutte de classe entre décroissantistes et productivistes.  Une classe moyenne vivra dans l’espérance que la science résoudra les problèmes que notre économie a engendré et qu’il faut pour l’instant faire preuve de prudence.

– la question identitaire: pour se limiter à la sphère européenne le grand enjeu est le rapport du monde musulman à l’Europe.  On peut à la fois se demander comment l’islam européen évoluera ( ce qui rend nécessaire un questionnement sur la possibilité de séparer un noyau strictement religieux de rites traditionnels)  mais aussi comment l’Europe évoluera par la présence de l’islam.Évidemment, cette question sera à relier avec la problématique identitaire européenne, son lien avec la xénophobie et le traitement du passé colonial. Au delà, c’est aussi le rapport à la famille et la filiation qui se transforme dans cette thématique identitaire et la loi sur le mariage pour tous à montré que les clivages politiques traditionnels s’effondraient devant ces problématiques.

– La question sécuritaire: fermeture des frontières, construction de murs, privatisation de l’espace, autant de phénomènes qui signalent un repli sécuritaire alors que dans le même temps notre monde est un monde nomade . Inévitablement, la question du droit à la mobilité ainsi que du droit à rester ici devra être affrontée.

– la transformation de l’économie et de la question salariale: Enfin, l’économie-monde capitaliste subit actuellement une nouvelle métamorphose. La mondialisation ne laisse pas une verticalité absolue des décisions économiques mais l’uberisation de l’économie conduit à une intériorisation des contraintes de cette économie-monde par chaque individu devenu entrepreneur de soi-même.

 

Cette liste ni exhaustive ( il faudrait par exemple prendre en compte les transformations de la notion de souveraineté ) ni peut-être pertinente, elle n’a d’autre valeur que d’être un point de départ. De plus, ce n’est peut-être pas l’énumération des problématiques politiques actuelles qui est la plus importante que leur croisement ( peut-on penser un islam écologique, la décroissance peut-elle freiner l’uberisation de l’économie… ) car c’est ici que se jouera les nouveaux groupements politiques et les nouveaux conflits.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.