Note sur l’école (6)

La formation des enseignants

Pour réussir cette nécessaire transformation, le système éducatif doit disposer d’enseignants aptes à un tel projet. Or, il est indéniable que le recrutement des enseignants est devant une impasse. Chaque année le nombre de postes pourvus est inférieur au nombre de postes proposés ( par exemple, en 2017 il y avait 7315 postes proposés au CAPES externe et seulement 6000 ont été pourvus alors qu’il y avait 19000 candidats qui ont passé les épreuves ). Il donc faut admettre qu’il n’y a pas assez de candidats ayant un niveau suffisant pour enseigner selon les jury. Cependant, si ces postes ont été proposés, c’est qu’ils répondaient à une nécessité, surtout en nos temps de restrictions budgétaires. Derrière ces postes non-pourvus se cachent des élèves qui auraient du avoir ces professeurs virtuels. Pour pallier à ce manque, il faut embaucher des non-titulaires ( contractuels ou vacataires ) qui n’auront aucune formation pratique au métier d’enseignant et à qui ont a le plus souvent dit lors des concours qu’ils n’avaient pas le niveau pour enseigner. En réalité, ce qu’on appelle leur insuffisance n’est qu’un moyen pour leur donner un statut plus précaire et moins avantageux que les autres.

Laissons de côté ces non-titulaires car ils ne sont pas les seuls à être insuffisamment formés. L’éducation nationale estime globalement qu’ayant réussi le concours, les titulaires ont prouvé une fois pour toute leur compétence dans leur discipline. Il faut donc les former uniquement sur l’aspect pédagogique de leur métier. Non seulement cette formation est très souvent inadaptée ( car elle est souvent ressentie comme une obligation de l’institution semble véritable projet ) mais est aussi inefficace car on ne lui donne pas les moyens nécessaires ( principalement du temps ) pour être intégrée à la pratique pédagogique du professeur. Comment, par exemple, une formation de 6 ou 12 heures sur la pratique des gestions de conflit peut-elle changer une manière de faire et s’adapter à toutes les situations ? Le plus souvent par la bonne volonté de l’enseignant qui va faire l’effort d’utiliser dès qu’il le peut les conseils qu’on lui a donné et va essayer d’approfondir ce qu’on lui a appris. On lui demande de faire ce qu’on n’oserait jamais demander à un élève et qu’il ne fera lui-même que ponctuellement ou peut-être jamais pour certains enseignants.

Enfin, cette compétence disciplinaire est un leurre. L’enseignement est avant tout une répétition d’année en année. Il est alors tentant pour un professeur de ressasser les mêmes références, les mêmes exemples et de peu à peu réduire ses connaissances à ce qu’il enseigne effectivement. Or, les idéologies pédagogiques nous ont fait oublier qu’une partie non négligeable de l’autorité passe par le savoir. Celui qui n’a pas envie de progresser dans sa discipline ne pourra pas être un bon enseignant. Le paradoxe du professorat est que, pour enseigner, l’enseignant doit se mettre en position d’apprenant vis-à-vis de sa discipline. Il réunira alors ces deux vertus que sont l’ambition et l’humilité et qui lui interdiront certains de ces jugements méprisants envers les élèves.

Évidemment, pour que les enseignants puissent se former, il faudrait régulièrement les décharger de leur classe, ce qui ne serait possible que s’il y avait un nombre de professeurs remplaçants suffisants alors qu’il sont en nombre trop réduits pour assurer même les remplacements des absences causées par les maladies ( d’où le recours encore plus massif aux non-titulaires). Un cynique se demanderait si le seul souci du ministère est qu’il y ait un enseignant devant chaque classe, quelque soit son véritable niveau….

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.