Note sur l’école (4)

Le mythe de l’égalité

Pour aller à l’essentiel de mon propos, je négligerais une partie importante de ce mythe de l’égalité, celle qui a été mise au jour par Bourdieu dès ses premiers travaux sur le système éducatif. Il n’y a jamais égalité des chances car certains élèves sont dès le départ “adaptés” aux normes implicites de l’école alors que d’autres seront condamnés soit à s’auto-exclure du système éducatif soit à trahir les normes de leur classe sociale d’origine. En cela, les textes de Annie Ernaux sont indépassables et dévoilent un tabou du système scolaire.

En fait, je voudrais parler de ce mythe qui voudrait que toutes les orientations sont équivalentes et doivent être choisies selon les souhaits des élèves. On ne cesse de répéter qu’il ne faut pas dévaloriser le bac professionnel. Mais les élèves de lycées général trouvent le plus souvent la série qu’ils souhaitent assez près de chez eux. Ceux des lycées professionnels devront soit choisir une filière proche de chez eux, même si elle ne leur convient que moyennement, ou aller en internat séparé de leur famille pendant toute la semaine.

Pour les séries technologiques, la situation n’est guère meilleure. Vu le nombre d’élèves réorientés dans ces séries parce qu’ils ont échoué en série générale, on se doute que l’ensemble du corps enseignant à conscience de la hiérarchie cachée derrière le mythe de l’égalité. Les séries STMG ont autant de mal à trouver leur place face à la série ES que les STI face à la série S ( même s’il faut admettre que les STI s’en sortent mieux par leur spécialisation plus poussée ). De plus, ces élèves sont souvent en concurrence avec les élèves de séries générales pour obtenir des places en BTS ou IUT et se retrouvent souvent perdants.

Il ne reste plus que les séries générales. On a dépecé les littéraires des mathématiques sauf pour ceux qui ont choisi cette spécialité et il est encore étonnant que cette filière existe. La défense des humanités est un combat d’arrière-garde lui aussi mythique. Aucune famille n’a aimé les humanités d’un amour désintéressé. Elles n’étaient que des signes de distinction scolaire, des preuves qu’on savait apprendre, le contenu important peu pour la plupart des élèves. L’intérêt pour le latin et le grec suppose un profond détachement vis-à-vis de la réalité sociale que seul des enfants d’enseignants ou de la haute bourgeoisie peuvent encore avoir, à quelques exceptions près.

Dans cette lutte ne reste que deux combattants: la série ES et la série S. Le mythe de l’égalité resurgit ici car en effet les deux types d’étude les plus recherchés par le prestige social et le salaire qu’elles apportent sont les études de sciences politiques/droit et les études de médecine. En réalité, l’égalité de reconnaissance donnée dans ces deux cas ne se retrouve pas au niveau des séries car on retrouve beaucoup d’élèves venant de série scientifique à Sciences-Po ou dans les facultés de droit, alors qu’il est beaucoup plus difficile pour un élève de ES de faire des études de médecine. En échange, on a mis toutes les matières de la série ES quasiment à égalité de coefficient pour le baccalauréat pour faire croire à la polyvalence apportée par cette série, sans nous dire s’il faut être bon partout ou s’il suffit d’être médiocre dans chaque matière pour obtenir son diplôme. Par sa dimension universelle, la série S est sans nul doute possible au sommet de la hiérarchie des études secondaires, les autres séries n’étant que des faire-valoir pour que le mythe de l’égalité perdure.

Français, encore un effort si vous voulez transformer ce mythe en réalité, mais seulement si vous le voulez vraiment, abattez la série S.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.