Note sur l’école (3)

L’ennui

Passons maintenant aux usagers de l’école: les élèves. Lorsqu’on regarde une salle de classe,  on s’aperçoit très vite qu’elle est contaminée par l’ennui. Dès que cela est possible,  les élèves se jettent sur leur téléphone portable ou dessinent pour ne prendre que deux exemples. Même si les raisons diffèrent,  c’est un sentiment très répandu.  Les élèves sont bien tous égaux devant l’ennui.

En réalité,  il faut préciser que de temps en temps l’ennui peut disparaître car il y a heureusement quelques instants de grâce où élèves et professeurs communient dans cette transmission du savoir. De plus, ce constat n’est pas un jugement uniquement péjoratif car l’ennui peut aussi avoir ses vertus. Ce sentiment peut être l’occasion de développer son imaginaire, sa vie psychologique. Pourtant, on constate bien souvent que la stratégie la plus répandue chez les élèves consistent à sortir le plus rapidement de l’ennui et de l’angoisse qui l’accompagne.

On peut exclure l’ennui qui provient d’un professeur incompétent. En un sens, ce cas est le plus facilement éliminable. Excluons aussi l’ennui qui provient de l’aspect contraignant de l’enseignement. Celui-ci est nécessaire, il serait naïf de croire que les élèves aiment spontanément le savoir. En réalité, l’ennui qui révèle le non-sens de l’école ce situe entre ces deux extrêmes. Il naît d’abord de l’hétérogénéité des classes. L’élève qui a des difficultés va peu à peu s’ennuyer car il sent exclu de l’enjeu du cours, il se sent de trop. À l’inverse, les meilleurs élèves vont s’ennuyer car ils sont trop régulièrement condamnés à attendre le professeur qui doit répéter, ré-expliquer pour les autres ou faire de la discipline. très souvent, le professeur a le sentiment qu’il doit abandonner une partie de sa classe.  Mais, il y a peut-être un ennui plus profond et plus répandu. Celui-ci se dévoile plus particulièrement chez les élèves moyens bien que scolaires, ceux qui forment une grande partie des classes de lycée. Cet ennui ne vient ni d’une incapacité, ni d’une trop grande rapidité de compréhension, il naît de l’incompréhension du sens du cours. Le cours est compris mais ce qui ne l’est pas, ce qui ne peut pas l’être, c’est la raison de ce cours. Pourquoi cet enseignement existe-t-il ? Pourquoi doit-on apprendre l’histoire de la littérature, le calcul des dérivées, le rôle de la mémoire dans l’histoire, le cogito de Descartes ? Heureusement, les élèves se prennent le plus souvent au jeu, car leurs camarades sont là, car le professeur est quelques capacités d’orateur.

Mais derrière cet ennui qui révèle le non-sens du savoir transmis ( ou du moins l’absence de perception de ce sens), c’est le non-sens de la culture commune qui se dévoile alors que cette culture commune est un des pans essentiels de ce mythe de l’égalité revendiqué constamment par l’école et que nous aurons à examiner.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.