Note sur l’école (5)

Misère de la vie scolaire

J’ai déjà parlé de l’ennui, cet affect constitutif de la vie scolaire. Malheureusement, je pense que la dimension négative de l’école pour les élèves ne s’arrêtent pas là. A l’ennui s’ajoutent l’humiliation et le harcèlement. Sur ce dernier point, les séries télévisées actuelles ( Little Pretty Liars, 13 Raisons Why… ) sont un parfait symptôme d’un phénomène malheureusement trop fréquents, et qui n’a fait que s’accentuer avec les réseaux sociaux. On peut se demander pourquoi les élèves se révèlent sadiques les uns envers les autres. Avant de répondre à cette question, il est aussi nécessaire de la renverser: pourquoi les élèves seraient-ils spontanément bienveillants les uns envers les autres ? Ils n’ont pas choisi d’être ensembles et doivent se côtoyer plusieurs heures par jours. Alors que dans le monde du travail chacun à sa propre tâche et peut s’y absorber, à l’école tous les élèves font la même chose et sont dans une même relation avec le professeur. Cette similitude est nécessairement néfaste dans leur relation car s’ils sont tous semblables, il ne peuvent être eux-mêmes que si les autres ne sont plus, ce qu’affirmait dans un autre contexte dans son fameux « Toute conscience poursuit la mort de l’autre ».

Or la relation au professeur, au corps enseignant n’est pas non plus une relation bienveillante. Elle se constitue d’un très grand nombre de micro-surveillances ( ponctualité, devoirs réalisés, leçon apprise, concentration….) et d’évaluations qui viendront sanctionner son « niveau », son « être scolaire ». Cette prétendue école de la démocratie reste un des symboles des institutions disciplinaires décrites par Foucault et reste avant tout une école de l’obéissance. Cependant, cette pénalisation ambiante de l’école s’accompagne aussi d’une tendance à l’humiliation. Les professeurs ont souvent été de bons élèves qui ont aimé l’école autant qu’ils ont été aimés par elle. Il leur est donc difficile de comprendre les élèves qui n’aiment pas l’école, qui sont en échec devant elle, qui n’en sont pas les « héritiers », ce qui les conduit à « pénaliser » les signes comportementaux de ce désamour.

L’humiliation des élèves par les professeurs est cependant souvent liée au fait que ces derniers dépassent le jugement sur la réalisation des élèves pour évaluer leur « être » lui-même, leur niveau – présent ou accessible dans un futur plus ou moins proche peut importe. Un élève sent très rapidement que le professeur le considère comme nul, moyen, pas assez bon par rapport à ces ambitions. La sentence cartésienne « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » est ici oubliée et remplacée par le regard professoral, voyeurisme qui transforme l’individu en chose évaluable.

Pour résister à cette violence symbolique, les élèves n’ont souvent pas d’autres stratégies que de la retourner contre les autres élèves.  L’humiliation et le harcèlement avancent main dans la main.