Photographie et identité à l’ère du numérique: début de réflexion

Ce billet fait suite a une intervention que j’ai eu à faire hier sur les nouvelles pratiques photographiques à l’Université de Rouen.

L’écriture de soi sur internet passe de plus en plus par la photographie. Si le blog personnel ou facebook permettent déjà l’utilisation de photographies, des applications comme instagram déplacent à nouveau la structure de l’identité extime. C’est la photographie qui devient le support de la narration de soi. Photographie qui immédiatement prise peut être partagée et devient l’occasion de commentaires croisés entre soi et les autres.

Mais finalement, ce que cela révèle aussi, c’est que nous possédons maintenant tous un appareil photographique sur nous grâce à notre portable. La transformation du monde en images fait partie de notre construction identitaire. Peut-être plus que la conservation de ces images car des applications comme Instagram permettent difficilement de retrouver des photographies assez anciennes d’une personne. Sous notre regard, c’est avant tout un flux photographique qui s’offre à nous. Il faut maintenant interroger ce lien entre cette transformation du vécu en image et l’apparition de ce flux.

 

Fragilité de l’identité

Ce carnet de travail a pour objet d’étude principal la notion d’identité.
Son premier axe consistera à étudier la construction de l’identité personnelle. En prenant une position matérialiste, il s’agira de voir comment l’identité se construit dans un travail sur le corps ( par exemple dans l’identité genrée). De plus, les différentes composantes de l’identité ( genre, travail, culture…) seront examinées ainsi que leur interaction.
Dans un deuxième axe, une position plus critique sera adoptée puisque je me demanderais si l’identité permet véritablement un rapport « authentique » à soi, ou si l’identité n’est pas vouée à être l’effet de rapports de domination. Dans ce dernier cas, une déprise de l’identité est nécessaire pour atteindre un rapport émancipateur à soi.
Dans cet axe, j’étudierais différentes pistes de rapport à soi ( l’écriture à soi, la quête de reconnaissance ( par exemple dans certaines formes de militantisme) et la rencontre avec l’événement ( comme moment de possibilité de remaniement identitaire).
Dans un dernier axe, j’étudierais l’influence de notre identité sur l’expérience vécue, et notre expérience du monde. L’expérience étant un tissage entre un flux visuel et une matière sonore linguistique, j’essaierais dans une perspective plus philosophique de décomposer ces deux aspects dans leur radicalité esthétique, l’image photographique comme point zéro du flux visuel, et la musique comme matière sonore non-linguistique.