Note sur l’école (2)

L’errance

Comme toute institution variant au gré des réformes et soumise à des pressions économiques et sociales, l’éducation nationale ne peut être entièrement cohérente.

Mais il ne s’agit pas ici de pointer des imperfections conjoncturelles mais une absence complète de principes directeurs : le but de l’école est-il de former au monde du travail, de sélectionner, trier les différentes classes sociales ou de créer une culture et des valeurs communes ? Tout enseignant a conscience qu’on lui demande d’atteindre simultanément ces différents buts qui sont en réalité incompatibles.

Si on ne prenait en compte que le premier, il faut admettre qu’il serait à la fois la fin de l’éducation nationale et en même temps contre-productif. En effet, ce serait s’abandonner aux besoins des entreprises qui seraient plus à même que l’école pour produire des individus conformes à ces besoins. De plus, ce projet ne peut tout au plus que mettre les élèves en conformité avec les compétences exigées aujourd’hui mais ne peut prévoir celles qui seront utiles demain car il oublie la capacité fondamentale pour que les futurs travailleurs soient capables d’évoluer : la capacité d’apprendre. Apprendre à apprendre, n’est-ce pas rendre autonome, émanciper du simple présent ? La soumission au monde du travail a besoin paradoxalement d’une ouverture à une culture générale et désintéressée qui permet de développer l’abstraction, la réflexion, conditions nécessaires à cette perfectibilité.

Pour comprendre, l’errance de notre système éducatif, il faut revenir à deux grands sursauts de l’école : Les lois Ferry de 1881-1882 et le plan Langevin-Wallon de 1947 ( même si ce dernier n’a jamais été mis directement en application). Dans les deux cas, cette réforme répond à un objectif clair, liée lui-même à une crise sociale. Dans le premier cas, il s’agit de libérer l’éducation du pouvoir du clergé afin de promouvoir les valeurs de la jeune république, dans l’autre, redonner un souffle au système éducatif après la seconde guerre mondiale et réunir le primaire et le secondaire afin d’éliminer le tri social qui s’effectuait dès le plus jeunes âges.

Quoiqu’en dise nos ministres successifs, nous ne sommes pas à l’ère des réformes mais de la gestion car aucune crise n’est à dépasser, tant que nous serons incapables de mettre en mot l’effort qui nous attend, nous serons condamnés au bricolage pédagogique.

D’autant plus, que les usagers de l’école ne sont pas dupes. Le sentiment le plus répandu parmi les élèves, et finalement ce qui les réunit au-delà des différences sociales et de niveau, n’est autre que l’ennui. Ce que je développerais dans la prochaine note.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *