Note sur l’école (1)

Cette note est le début d’une série. Après 19 années d’enseignement ( en tant que professeur de philosophie), je suis devant une situation paradoxale. Je n’ai jamais été aussi sûr de mon amour de l’enseignement et en même temps je n’ai jamais été aussi dégoûté par l’institution scolaire.

Mon analyse de l’école est fondé sur un principe qu’il faudra discuter dans un autre temps: la crise civilisationnelle que nous vivons ( au niveau écologique et des tensions entre pôles civilisationnels ) ne pourra être dépassée que par un bond des connaissances. Ce bond signifie autant le progrès cognitif du plus grand nombre possible de personnes afin de maîtriser les nouveaux environnements robotiques et numériques mais aussi progrès des connaissances elles-mêmes afin de résoudre les problèmes rencontrés par l’humanité. cependant, il ne s’agit pas seulement de défendre un saut, un sursaut des connaissances scientifiques mais aussi des connaissances littéraires, artistiques, philosophiques et culturelles car il est plus qu’urgent de savoir donner un sens à tous ces nouveaux défis ou même d’inventer de nouveaux modes de vies, ce qui est impossible sans l’accès à une vie symboliquement riche.

Le problème est donc le suivant: l’école est-elle apte à appliquer ce principe et à participer à ce bond cognitif. Ma réponse est malheureusement sans nuance. Dans son état actuel, cela est impossible. Les 88 % d’admis au baccalauréat et les 78 % de bacheliers dans une classe d’âge ne changeront rien à ce constat.

Dans la prochaine note, je développerais la première raison de cet échec: l’éducation nationale n’a aucun principe directeur qui donnerait un sens aux programmes et à leur réalisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *